mal-logement

7757542300_18eme-rapport-fondation-abbe-pierre2

Toujours aussi dérangeant et surtout incroyable, les statistiques du mal-logement ne cessent d’augmenter. Le nombre de mal-logés à doublé depuis l’année dernière.

Non ne partez pas de suite lisez ça :

  • 3.6 millions de personnes concernées
  • 685000 personnes qui n’ont pas de logement

(…) Cette évolution résulte à la fois de l’élévation du niveau de vie moyen mais aussi de la part croissante des dépenses que les ménages consacrent pour se loger. Il s’agit de moyennes : cette amélioration est loin d’être aussi nette pour tout le monde, notamment pour les jeunes générations qui subissent de plein fouet les hausses de loyers et la forte montée des prix à l’achat. (…)

D’après une estimation réalisée par l’Insee dans le cadre de la mise en œuvre du Droit au logement opposable (Dalo), 520 000 à 530 000 ménages seraient éligibles aux critères de la loi Dalo, soit parce qu’ils habitent un logement insalubre ou menaçant de tomber en ruine, soit parce qu’ils n’ont pas le confort de base, ou encore qu’ils se retrouvent dans un logement surpeuplé, tout en abritant un enfant mineur ou une personne handicapée.

[source : observatoire des inégalités]

D’autre part il semble toujours impensable de rencontrer des personnes qui travaillent, normalement, 35h, salariés et qui ne peuvent même pas se trouver ou se payer un logement. Il semble que si l’on travaille c’est pour pouvoir vivre décemment : se nourrir, se loger, se soigner. On se rend compte que c’est de plus en plus difficile, il y a quelque chose qui ne tourne plus rond ?!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *